top of page

De l'humain dans l'IT

Et oui c'est possible !


J'ai rencontré Julien Bersier lors d'une visite dans le réseau BNI. Durant sa présentation, il a parlé d'IT et pour la première fois, je me suis sentie concernée. Sa vision du monde informatique fait du bien et redonne espoir. Il se souvient et ce peu importe l'avancée technologique, que l'informatique doit avant tout servir l'humain.


Je vous présente son parcours audacieux et vous laisse découvrir ses précieux conseils.


Qu’est-ce qui t’as poussé à lancer et monter ta société dans l’IT ?


Dans mes anciens jobs, j’ai toujours voulu aller plus loin pour pouvoir devenir responsable et gérer des équipes. J’avais de nombreuses idées à proposer pour améliorer la gestion et l’organisation mais elles ont été rejetées. En me disant simplement que je n’y arriverais pas, que je n’avais pas les formations et qu’il ne fallait pas rêver non plus.


Au-delà de me sentir bloqué dans des structures qui ne me correspondaient pas, je constatais également que ce qui était proposé comme solutions aux clients étaient loin d’être optimale.


Comme si on avait oublié le client dans la relation client.

Oublié que même si on travaille avec des machines, c’est avant tout, pour faciliter la vie à des utilisateurs qui sont, ne l'oublions pas, des humains. Mais pas la place, comment pourrions-nous penser à l’humain quand tout est une question de rentabilité ?


Alors pourquoi rester là plus longtemps ?


Et si j'osais faire les choses différemment ?

Par exemple, une société IT qui prend en compte avant tout, ses clients et leurs besoins. Qui prend le temps de les écouter pour ensuite leur proposer ce qui est nécessaire uniquement et arrêter de suréquiper des entreprises pour justifier des honoraires. Une entreprise qui a du sens : sense IT


C'est ainsi qu'a démarré mon aventure !


T’arrive-t-il d’avoir des doutes ?


Évidemment et souvent !


Le plus important est d’accepter que ça arrive et de ne surtout pas culpabiliser.


Pour ma part, quand je suis dans une de ces journées de doute, la première chose que je fais est d’identifier que je traverse un de ces moments. Ensuite, je sors, je vais me balader, bricoler, je me ressource dans la nature. En gros, je m’autorise à faire une pause. C'est d'ailleurs la seule chose réellement utile que je vais pouvoir faire. A moins de vouloir m'acharner pour rendre un travail de mauvaise qualité. Ce qui n'est pas dans mes habitudes.


Le plus difficile, je le répète, ne pas culpabiliser. Quand on a eu l’habitude de travailler dans un cadre comme salarié par exemple, avec des horaires, des obligations et l’interdiction de s’écouter pleinement, c’est difficile d’accepter qu’on puisse vivre différemment.

Pourtant c’est ce qu’on s’offre en entreprenant, en créant notre réalité. On s’offre également la liberté.

Sans oublier qu’avant de vendre un produit ou un service, ce que nous offrons à nos clients, c’est nous ! Donc il est indispensable de prendre soin de soi.


Le mot à bannir !


Pour moi, le mot à ne surtout pas avoir dans son vocabulaire est « procrastiner » ! Parce que dès que tu te dis, voilà tu procrastines, bin paf, direct tu te sens coupable et c’est le début d’une longue et pénible journée. Alors que si tu acceptes qu’aujourd’hui tu as besoin de te ressourcer, étonnamment, quand tu reviens à ton bureau, il suffira de 4 petites heures pour faire tout ton travail de la semaine. C’est ça, s’écouter !


Qu’elle est ta définition de l’entreprenariat ?


L’entreprenariat c’est se donner la capacité à son échelle de changer des choses qui ne nous conviennent pas. C’est s’offrir la liberté de travailler en étant aligné avec ses valeurs.

Tes trois phrases fétiches ?


- Si tu fais quelque chose, soit tu le fais bien soit tu ne le fais pas !

- Va toujours au bout des choses !

- Si le monde d’aujourd’hui ne te convient pas c’est à toi de créer celui de demain !


Aurais-tu des conseils à donner à ceux qui se lancent ?


1. S’écouter soi-même, jamais laisser les autres diriger sa vie. Personne ne peut se permettre de te juger. Tu es libre de choisir comment tu veux vivre.

2. Croire en son idée, avoir confiance

3. Accepter le doute sans le laisser gagner

4. Ne pas avoir peur d’affronter un obstacle


Je dirai qu’oser se lancer c’est oser être maitre de sa vie.

Ensuite si ça plante, il faut remercier parce que c’est le meilleur moyen d’apprendre pour recommencer différemment.

128 vues0 commentaire

Comments


bottom of page