top of page

Entreprendre à Paris 2/4 - Kodama, boire un thé pour oublier le bruit du monde !

Paris m’a épuisé, il fait froid, moche et j’ai juste une envie m’isoler. C’est petit, mignon, chaleureux, tout ce qu’il me faut. La carte me redonne le sourire avec des titres remplis d'amour et de bonheur. Je commande une première infusion qui me réchauffe le cœur. Je reste plusieurs heures dans cette bulle coupée de l'agitation.


Kodama c’est deux boutiques, un site internet, une équipe de 13 personnes, dont 3 associés.

J’échange avec Marie, une collaboratrice impliquée. Elle parle du thé, de la boutique, avec respect et passion. Ce qu’elle aime chez Kodama c’est qu’elle peut être elle-même. Elle a aussi l’opportunité de participer à la création des nouvelles recettes et son avis est écouté lors des réflexions de développement.


Vincent, un des fondateurs, a gentiment accepté de répondre à mes questions :


Comment l’idée vous est-elle venue ?


À 19 ans, j’ai voyagé à Taïwan, j’étais dans une famille d’accueil qui parlait uniquement le mandarin. Chaque vendredi, nous allions dans une maison de thé partagé un vrai moment d’échange. Je me suis pris de passion pour cet univers et en rentrant en France, j’avais comme idée d’ouvrir le premier Bubble-tee d’Europe. Avant de me lancer, je devais faire un stage chez L'Oréal pour valider ma formation. Je m’y suis tellement plu que 7 ans plus tard j'y étais encore. C’est là-bas que j’ai rencontré Martin, mon premier associé. Lui aussi était allé Taïwan et avait dans ses passions le thé. Ensemble, on a décidé de se lancer !


Quels ont été les challenges de cette aventure entrepreneuriale ?


La légitimité :


Nous ne venions pas du milieu de la restauration ou des commerçants, ce qui nous donnait l’impression de ne pas être légitimes. Nous avons dû tout apprendre sur le tas. Plus tard, j’ai fait une formation pour devenir sommelier de thé.


L’incertitude :


Nous avons vite compris que la certitude n’existe pas. Nous ne pouvons pas nous baser sur ce qui s’est passé les années précédentes pour activer des plans d’actions parce que chaque année est différente. Nous devons gérer sur du court terme ce qui nous a permis de construire en diversifiant nos sources de revenu.


La solitude :


Le développement d’une boutique challenge énormément, il y a des risques à prendre et des opportunités à ne pas louper.

On peut vite se sentir seul et dépassé. Heureusement, je pouvais compter sur mon associé. Je pense que d’être au moins deux est un réel plus.


Qu’est-ce que vous auriez aimé savoir avant de démarrer ?


Savoir s’entourer :


Le fait de savoir comment construire un réseau, comment s’entourer de personnes de confiance. Ce qui est indispensable pour pouvoir se développer. Au début, nous avons essayé de rejoindre des réseaux mais nous ne répondions pas vraiment aux critères. Avec le temps nous avons fini par trouver chaussures à notre pied néanmoins c’était surtout au début que nous en avions besoin.


Modèle hybride :


Nous aurions certainement gagné du temps si nous avions compris plus vite que nous pouvions diversifier nos sources de revenus en proposant nos produits par différents canaux (vente en boutique, vente en ligne, vente à des professionnels)


Recrutement :


Le recrutement prend du temps et est fondamentale. Quand nous avons engagé notre première collaboratrice, c’était un grand risque pour l’entreprise. Heureusement, nous sommes tombés sur une personne efficace, dynamique qui nous a réellement soulagé et soutenu pour que nous puissions nous occuper à d’autres tâches.


Quelles sont les missions de Kodama ?


Boire un thé pour oublier le bruit du monde !

Nous cherchons à offrir des pauses à l’esprit, des espaces de détente, de calme, des endroits ressourçant. Nous permettons également de maintenir un lien entre les clients et les sans-abris qui passent se rafraichir et faire une pause dans notre refuge.


Nous proposons des recettes uniques et 100% naturelles, conçues à partir de produits de qualité soigneusement sélectionnés. Dans la mesure où les thés de qualité poussent principalement en Asie, nous sommes contraints de les faire venir du bout du monde, mais nous sommes engagés depuis plusieurs années à une importation garantie sans fret aérien. Par ailleurs, nous sourçons aussi souvent que possible nos autres matières premières idéalement en France, sinon en Europe.


Vous avez de découvrir Kodame ?


Voici toutes les informations pratiques :


Deux bars à thé :


Kodama Tiquetonne : 30 rue Tiquetonne (Paris 2e)



Site internet : https://kodamaparis.com/


Vous pouvez les suivre sur instragram : https://www.instagram.com/kodamaparis/


30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page